Actualités Les news de l'US Saint-Vit


Résumé match -11G A

St Vitois rend toi ! Ben pis quoi, encore !

Ce samedi 26 mai a été le théâtre d’un match contre le BEEX, âpre, parfois rugueux, avec des gestes techniques parfois venus d’un apprentissage maintes fois répétées aux entraînements, d’autres fois du judo, voire de la rue. Mais soyons-en sûrs, venus du fond de 11 jeunes cœurs fougueux unis autour d’un coach passionné, le tout cocooné par une clique quasi-complète, bien qu’orpheline de quelques membres à la voix plus ou moins acérée … Mais avec sa mascotte ! Et jamais il n’a été question de se rendre à ce valeureux visiteur venu des confins du … département et vainqueur de sa poule de qualification côté Belfort-Montbéliard.

En cette veille de fête des mômans et au terme d’un après-midi passé en partie dans les accueillants canapés du Vautrot, Complexe-Sportif de son prénom, avec le soutien de dernière minute d’une belle tribu d’amazones armées de cerises de saison, le match pouvait commencer dans une chaleur lourde, voire oppressante. A noter que bien qu’en s’y mettant à plusieurs, puisqu’issu de la fusion des clubs de Bethoncourt et Exincourt, les visiteurs du jour ne présentaient que 8 joueurs, ce qui, compte tenu du niveau sportif atteint et des conditions météo du moment, peut paraître un peu court.

Menés dès la première occasion des visiteurs, nos Noirs et Blancs de cœur dressaient les barbelés en défense et s’installaient rapidement dans leur match. En face, les Bethoncourtois de vert vêtus optaient également pour une défense acharnée, ce qui provoquait moult coulées de sueur, dans les tribunes notamment … Menés en ces premières minutes par un Luca bien inspiré en attaque, les locaux prenaient un court avantage au tableau d’affichage. Avantage rapidement gommé toutefois par une attaque verte plutôt puissante et mobile, globalement bien jugulée par la bande à Léo à l’affut dans sa cage. Et avec de telles défenses de part et d’autre, nous atteignions le premier tiers du match sur le tout petit score de 2-3 pour le BEEX. Puis 2-4 à la 14ème minute, moment choisi par le coach visiteur pour poser un temps mort, excellemment mis à profit par Alex et ses joueurs qui finissaient cette première période en trombe. Parfaitement guidés par Yanis très à son aise au cœur de la défense adverse, les St Vitois allaient passer un 5-1 à leurs adversaires médusés, sans doute pour leur montrer qu'à St Vit, on sait recevoir ... Mais rendre les armes, certainement pas ! Comme dans le même temps Léo optait pour la panoplie dite du « Mur » dans ses buts, ce beau monde inondé d'une sueur vaillamment distillée pouvait regagner le vestiaire avec satisfaction, nanti de pas moins de 5 cartons jaunes pour les locaux, un record sans aucun doute. Et la clique de retrouver un rythme respiratoire acceptable.

Compte tenu de l'intensité des débats durant la première mi-temps, Alex imposait un turnover important pour permettre à ses joueurs de souffler, opportunité que n'avait pas le coach adverse, limité dans ses choix par l'absence de quelques-uns de ses joueurs habituels.

Et c'est avec ces données que repartait la seconde mi-temps, les noirs et blancs surmotivés, les verts galvanisés ! A ce petit jeu, et pas que de mots, les locaux redémarraient plus solides que jamais en défense et, malgré un premier but du BEEX, Yanis, encore très inspiré dans son rôle au centre du cyclone trouvait des solutions pour se défaire du marquage adverse. Grace à des cages locales solidement gardées, c'est bien un écart de 3 unités qu'affichait le panneau au bout de 6 minutes toujours aussi intenses. A ce moment du match, les visiteurs semblaient chercher un second souffle ; on voyait sans peine sous la sueur des verts luisants. Si quelques relances rapides St Vtoises n'avaient pas alors été un peu précipitées et finalement avortées, face également à de très bons replis défensifs adverses, un écart sans doute plus conséquent aurait pu se faire à ce moment du match. Mais sans doute en dette d'oxygène et d'énergie également, nos fils nos batailles manquaient d'un peu de lucidité pour faire fructifier un score qui ne bougeait plus pendant 4 longues minutes. Toujours dans une logique de faire souffler et décompresser ses joueurs par roulement, Alex continuait d'orchestrer un chassé-croisé sur le banc local, ce qui nous a notamment permis depuis les tribunes de regarder quelques compositions d'équipe inédites. Inédites, mais avec du cœur ; tout le monde se battait d'arrachepied pour boucher des trous en défense, fermer des intervalles soudainement créés et faire en sorte que Léo soit au maximum sevré de ballons, pour la bonne cause. Mais avec une telle débauche d'énergie en défense, l'inspiration en attaque s'absentait quelques instants, disons 5 longues minutes, ce qui permettait aux visiteurs de revenir à une longueur de leurs hôtes du jour (9/8 à la 10ème minute). Et Alex de poser son temps mort à mi-parcours.

C'est alors que le bondissant blondissant Gaspard choisissait d'arriver lancé face à la défense, tenter deux un-contre-un de fort bonne facture et conclure par 2 buts très intéressants, à un moment charnière qui plus est ! Le turnover pouvait continuer, le tableau d'affichage indiquait alors 3 buts d'avance pour les locaux. Avantage bientôt retombé à 2 buts, avec 8 minutes à jouer. S'ensuivent alors 6 minutes interminables sans but, quelques ballons perdus, des pieds malencontreusement posés en zone, des arrêts de gardiens de qualité (17 au total pour Léo, auteur encore une fois d'un très gros match)... Et côté visiteurs le principal buteur, numéro 6 dans le dos, commençait à perdre de la lucidité et cherchait à faire la différence seul, se muant en vert de plus en plus solitaire. Côté Alex, le turnover continuait. Et on entrait comme cela dans les 2 dernières minutes. Et l'écart de tomber à 1 but. Mais un gros, un de ces buts qui contraint les visiteurs à pousser encore alors que ça pique dans les jambes, dans les poumons et surtout dans les têtes ! Et un peu dans les tribunes aussi ... Et c'est notre conquistador du jour, Yanis le Magnifique, qui va libérer tout le monde à une minute du terme, sur une nouvelle prise d'initiative et de responsabilité. 12/10 ! Reste 1 minute au chrono : les jeux sont faits ! Une dernière banderille de Mathiss sur contrattaque pour clore le score et l'explosion de joie des principaux protagonistes peut s'exprimer, par des cris de joie, des maillots qui volent et une danse patiemment répétée dans les salons familiaux. Apparemment pas de salon pour Alex qui, de son côté, savoure sereinement ses choix stratégiques peut être osés à première vue, mais payants !

Le moment est à savourer cette victoire qu'ils sont allés chercher, au bout de l'effort et de la motivation. Carpe diem filii nostri, comme y disent ... Mais, et c'en est l'essence même, la compétition continue car il reste une marche qui sera, n'en doutons pas, tout aussi rugueuse que celle du jour. Une bonne nuit pleine de ballons, d'étoiles et de grands sourires et il faudra passer à la suite, se mobiliser dores et déjà pour la finale. Et ce sera contre Danjoutin, vainqueur surprise de l'ESB qui, fort de son attaque de feu, n'aura marqué que 9 buts à ce futur finaliste qui, de son côté et à en croire les feuilles des matchs passés, dispose d'un buteur très prolifique. Mais c'est une autre histoire, que nous vivrons dès le premier weekend de juin, tous derrière ceux que nous découvrons à chaque match un peu plus comme des guerriers au service du collectif des copains. Alors on se voit le 2, en mode on ne lâche rien, ni sur le terrain ni dans les tribunes où devront retentir une fois encore ce fameux ALLEZ ST VIT !!!